Categories

archive Block
This is example content. Double-click here and select a page to create an index of your own content. Learn more.


Authors

archive Block
This is example content. Double-click here and select a page to create an index of your own content. Learn more.
M. Fromage dans le Parisien

M. Fromage dans le Parisien

Votre serviteur à la table chez Belisson (Photo: Le Parisien/Philippe de Poulpiquet)

À la fin du premier jour du Salon du Fromage, j’étais dans la salle VIP prêt à partir quand je croisais Cécilia, qui s’occupe du marketing du Salon. Elle m’a dit qu’il y avait une journaliste qui était curieuse à savoir quels fromages français sont les plus consommés aux États-Unis. Il était ainsi que j’ai recontré Bérangère Lepetit, qui fait partie du service éco et agro-alimentaire pour le Parisien. 

J’ai commencé répondre à ses questions. Elle était étonnée quand j’ai expliqué que, pour la plupart, les américains sont inconscients du débat du lait pasteurisé versus lait cru, un sujet assez sensible en ce moment en France. Elle me regardait comme un martien quand je lui ai dit que ce n’est que du Brie qui connaissent les américains, et que la grande majorité des Bries disponible en grande surface aux États-Unis sont horribles (en fait, j’ai dit qu'ils sont merdiques !)

Au milieu de notre conversation, un monsieur est arrivé. Elle m’a expliqué que c’était ce monsieur qu’elle est venue voir. Il s’est assis sur sa gauche, devant moi. Après quelques minutes je me suis rendu compte qu’il suivait attentivement. Elle l’avait vu aussi, et lui faisait un sourire complice quand je parlais de mon sentiment sur les petits producteurs et leur importance à la perception et la réalité de l’excellence des fromages français.  

Alain Dubois (Photo: (Le Parisien/Jean-Nicholas Guillo)

Le monsieur s’est présenté en me donnant sa carte. Il n’a pas mentionné qu’il est le Président du Salon. Ça j’ai vu sur la carte, ainsi que son nom, Dubois. Il a bien mentionné qu’il a un neveu avec trois fromageries à Paris. Je ne suis toujours pas sûr s’il était si nonchalant pour la plaisanterie ou la modestie, le dernier approprié si je n’avais aucune idée qui c’est Laurent Dubois, Meilleur Ouvrier de France. J’ai souri de toute façon : j’ai été à la fromagerie de son neveu dans le VIème la semaine précédente. 

Bérangère et moi sommes retrouvés le week-end après. Nous sommes passés plusieurs heures ensemble au bar à vin à deux pas de chez Belisson, où nous allions de temps en temps pour prendre des photos et parler avec Michael Belissa, le propriétaire. La photo de moi à la table avec les grandes meules de fromage. 

Quant à l’article, j’étais un peu vexé par sa description de mon accent yankee « à couper au couteau ». Aucun français me prendra pour un français, mais je suis difficilement le pire, et je reçois assez souvent des compliments des français. Ceci dit, il est clair que je fais des fautes en français et je construis des phrases comme un américain parfois ! Mais je ne peux pas trop plaindre : elle a écrit un bel article et elle est tenue la conclusion que j’ai une bonne connaissance des fromages français par rapport au français « moyen », qui était satisfaisant. Elle a aussi mentionné Belisson, ma fromagerie préférée ces jours, qui fera la publicité pour eux.

Alors soyez les bienvenus, lecteurs du Parisien. Merci d’être venus et pour votre intérêt dans mon blog. N’hésitez pas me passer un mot. 

Article : An American melted in brie (Le Parisien, 12 mars 2016)

Fromage

Fromage

Au Coin de la Rue

Au Coin de la Rue

Meilleurs Moments du Salon du Fromage (1ère partie)

Meilleurs Moments du Salon du Fromage (1ère partie)