Categories

archive Block
This is example content. Double-click here and select a page to create an index of your own content. Learn more.


Authors

archive Block
This is example content. Double-click here and select a page to create an index of your own content. Learn more.
Le Relais Haussmann

Le Relais Haussmann

J’ai raconté récemment de notre visite au Valois, une brasserie de tradition française. Notre seule raison pour y avoir mangé a été que le resto avait été sur le chemin au musée Jacquemart André. Ce que je n’ai pas mis : nous n’avons enfin pas visité le musée ! Il a été blindé à cause de l’exposition nous voulions voir et nous aurions eu besoin d’attendre trois quarts d’heure juste pour acheter les billets.

En tout cas Mme Fromage et moi y sommes retournés pendant le matin de la semaine d’après et avons pu visiter. (Je peux me libérer de temps en temps le matin, un avantage grâce au fait que je travaille avec des américains et mes heures sont souvent décalées.) En quittant, nous avons marché encore 50 mètres pour déjeuner au Relais Haussmann.

Le repas a commencé prometteur avec une terrine du canard, une des meilleures que j’ai jamais mangé. Les plats ont été également bons. Mme Fromage a mangé le tartare de bœuf et moi j’ai pris du veau avec une belle sauce aux champignons.  

Malheureusement ce qui nous est arrivé de suite a été aussi décevant qu’inexcusable. L’assiette de fromages aurait dû être très bon. La serveuse nous a apporté une planche avec quatre fromages : le manchego (espagnol), du Salers, du Saint Nectaire, et de la tomme de montagne.  Tous ont été fades sauf le manchego. Mais le crime a été que tous ont eu une texture déplaisante de plastique comme on les a laissé nonprotégés du chaleur de la cuisine. La tomme a eu un odeur de l’ammoniaque.  

Les fromages du Relais Haussmann, ni goûteux ni bien traités. 

Salers (vache, assiette de gauche), Manchego (brebis, ass droite, petite tranche), tomme de montagne (vache, haut droite), Saint Nectaire (vache, bas droite)

De mal en pis avec le dessert. Ayant réfléchi sur le sujet, j’aurais dû quand même poser une question sur la provenance des mirabelles dans la tarte aux mirabelles, sachant sans aucun doute qu’il est loin d’être la saison de mirabelles. Toutefois, nous l’avons commandée la tarte. Quant aux mirabelles, disons qu’elles avaient le goût d’un sirupeux cocktail de fruits en conserve de ma jeunesse. Horrible.

J’ai exprimé mon mécontentement au propriétaire, qui a essayé vigoureusement me convaincre que les fromages ont été bien traité. Quant aux mirabelles, épaules haussées, « Quoi faire ? Il n’est pas la saison ? » Il a enlevé le dessert de l’addition et m’a offert un verre, que je n’ai pas accepté.

J’ai quitté le resto fâché. Être inattentif à l’état d’un ingrédient (le fromage) et, encore pire, prendre la décision en toute conscience de servir une tarte avec des fruits industrielles sont des fautes impardonnables à cette gamme de prix. Il peut sembler peu important prendre un raccourci juste pour le dessert. Mais c’est un compromis, et comme une pente glissante, ayant fait le premier compromis tous les suivants deviennent de plus en plus facile.

Le Relais Haussmann, 146 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Fromage

Fromage

Au Coin de la Rue

Au Coin de la Rue

Androuet

Androuet